Menu

21 mars 2018 - LIBERATION

21 mars 2018 - LIBERATION

En matière de dommages corporels, trop de procédures peuvent être menées par les victimes seules, sans l'assistance d'un avocat.

Il en est ainsi:

- de la procédure devant les Commissions d'Indemnisation des Victimes d'Infractions (CIVI) pour les victimes d'infractions pénales,

- de la procédure en faute inexcusable devant le Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale (TASS) pour les victimes d'accidents du travail,

- de la procédure devant les Commissions de Conciliation et d'Indemnisation (CCI) pour les victimes d'accidents médicaux, d'affections iatrogènes ou d'infections nosocomiales,

- de la procédure amiable avec le Fonds de Garantie (FGTI) pour les victimes d'attentats,

- de la procédure amiable avec une compagnie d'assurances pour les victimes d'accidents de la circulation...

Il ne s'agit que d'exemples, cette liste n'étant pas exhaustive.

Les victimes décident alors trop souvent de ne pas être assistées, pensant à tort pouvoir obtenir seules une juste indemnisation de leurs préjudices.

Le Journal LIBERATION du 21 mars 2018 consacre un dossier spécial aux victimes de dommages corporels.

Je vous invite à le lire (cf pièce jointe).

Pas seulement parce que j'ai participé à ce dossier (même si je n'en suis pas peu fière!), mais surtout parce que vous comprendrez à quel point la présence d'un Avocat, qui plus est, spécialisé, est indispensable pour permettre aux victimes d'obtenir la réparation intégrale de tous les préjudices qu'elles subissent, sans restriction aucune, et ce, même pour les dossiers de plus faible importance.

Fichier joint : scan-liberation-dossier-dommages-corporels.pdf

Publié le 21/03/2018

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier